Arrow Cruise Travel logo alleen .png
Blog

Notre croisière 2.0 avec Seabourn...

Jour 0 : Athènes

Journal d'Odette et Danny

 

De retour à Athènes. 

Kalimera! Non pas Kalimero, le petit poussin avec la coquille d'oeuf sur la tête... Kalimera signifie 'bonjour' Danny veut apprendre la langue grecque:

'kalispera' (bonsoir)

'efgharisto' (merci)

'parakola' (s'il vous plaît)

'yassas' (bonjour)

Mais le temps est compté et nous ne parlons que de quelques mots, ce qui n'est pas mal du tout.

 

Nous avons entendu dire que le Seabourn Ovation était déjà arrivé au Pirée et nous sommes tellement curieux que nous décidons de prendre un taxi pour aller voir par nous-mêmes. Le Pirée n'est pas très loin de notre hôtel et après dix minutes de route, nous sommes dans le port. Elle est là ! Dans toute sa gloire à Pier A. Ça nous donne la chair de poule. Ce sera une belle réunion après tous ces mois stressants et sans croisière. Que ce soit bientôt samedi.

 

De retour en ville, nous décidons de consacrer la journée entière au 'tourisme'. Cela fait des années que nous n'avons pas visité l'Acropole, qui domine majestueusement la ville, comme si elle nous appelait "Venez me voir", et c'est ce que nous faisons. Il fait 38°C à 11 heures du matin mais nous montons quand même. Il n'est pas très fréquenté, mais suffisamment pour qu'il faille faire la queue, tant pour les billets que pour être autorisé à entrer.

 

Et une fois à l'intérieur... On se sent si petit et insignifiant au milieu de toute cette beauté. Comment est-il possible qu'ils aient pu construire cela il y a tant d'années. 

 

Les vues depuis l'Acropole avec Athènes à vos pieds sont à couper le souffle.    

 

J'ai emmené mon guide personnel avec moi, car Danny a exactement le goût de la chose et s'est lancé dans l'histoire et la mythologie. Ceux d'entre vous qui ont lu notre précédent blog ("Cruise 2.0 at Silversea") en ont déjà tiré des enseignements. Je ne veux pas me répéter, je mentionnerai donc les contributions de Danny concernant l'histoire et la mythologie au bas de notre blog. Ainsi, ceux qui ont suivi le blog précédent n'ont pas besoin de le relire (bien sûr, vous pouvez le faire) et les nouveaux adeptes peuvent en tirer des enseignements. Parce que je dois admettre que Danny a fait un travail fantastique et a apporté ces informations historiques d'une manière concise mais intéressante. 

 

Aujourd'hui, c'est au tour de l'Acropole, qui n'a pas non plus été mentionnée dans le blog précédent, alors suiveurs: lisez tout aujourd'hui!

 

De retour en bas après notre visite de l'Acropole, mon mari a la brillante idée de monter sur la 'colline des Muses', avec tout en haut: le monument romain de Philopappos. Elle se trouve juste en face de l'Acropole, sur une colline encore plus haute que l'Acropole. Je regarde bien le dessus et mon courage s'enfonce dans mes bottes, mais je dis quand même oui.

Je ne le regrette pas, car la promenade monte lentement par de beaux chemins en escalier dans un jardin magnifiquement entretenu. 

Du haut de la colline, vous avez une vue magnifique sur l'Acropole.

 

Une fois en bas, nous voulons explorer un peu plus la ville et nous allons d'abord au marché local de poissons et de viandes. Très particulier, un beau marché couvert avec uniquement du poisson et de la viande, pas de légumes. Les nombreux étals de poissons montrent qu'Athènes est très liée à la mer. 

 

Nous décidons de terminer notre promenade sur une terrasse le long de l'Agora romaine. Après une collation et une boisson, nous retournons à pied à l'hôtel car nous voulons faire nos 10.000 pas aujourd'hui pour pouvoir boire un ou deux verres de Chardonnay, si les Belges gagnent le match de football!

 

Après un plongeon rafraîchissant dans la piscine et la lecture de quelques pages de mon nouveau livre 'The Seventh Sister', nous nous préparons pour un dîner à Plaka. On n'en a jamais assez de ce quartier. Il y en a pour tous les goûts: un verre sur une terrasse sur les marches, une salade grecque ou des sardines grillées sur l'un des nombreux toits-terrasses avec une vue imprenable sur l'Acropole et la ville ou un dîner plus sophistiqué dans un bon restaurant. Aujourd'hui, nous avons décidé de faire ce dernier choix et nous avons eu un excellent dîner à 'Eat at Milton's' où ils servent de la nourriture grecque d'une manière très raffinée. Tout cela accompagné d'un bon verre de vin (qui est autorisé parce que nous avons assez d'étapes aujourd'hui) et la soirée et en fait la journée ne peuvent pas se passer mal.

 

Nous prenons rapidement un taxi pour rentrer à l'hôtel, car nous ne voulons pas manquer la fin du match de football, si important... Mais malheureusement, c'était une douche froide!

 

Comme mentionné précédemment, nous allons terminer le blog quotidien avec un peu d'histoire, de mythologie. Pour ceux qui vont visiter Athènes, c'est un 'must' à imprimer et à emporter avec vous lors de votre visite, afin que vous puissiez être votre 'propre guide'. Bonne lecture!

Akropole d'Athènes

 

Au fil des siècles: Temple - Eglise - Mosquée et même maison de la destruction

 

L'Acropole d'Athènes (avec l'accent sur le premier 'o') remonte à la période mycénienne, entre 2000 et 1200 avant J.-C., et constitue le plateau de 156 mètres de haut de la capitale grecque Athènes. Aujourd'hui, bien sûr, c'est un site du patrimoine mondial de l'UNESCO. Elle servait à l'origine de forteresse et était entourée d'une plaine fertile à une distance sûre, mais pas trop éloignée, de la mer. La partie supérieure du plateau est constituée d'un mur de blocs de pierre géants de 6 mètres d'épaisseur, construit au 13e siècle avant Jésus-Christ.

 

Le nom Acropolis vient de la combinaison des mots grecs 'acros = partie la plus élevée de' et 'polis = ville', la partie la plus élevée de la ville. Lorsque la population s'est déplacée vers la ville basse pour s'étendre, l'Acropole est restée le centre religieux de la ville avec le sanctuaire le plus important, le temple d'Athéna, la déesse protectrice de la ville.

 

En 480 avant J.-C., les Perses détruisirent tout le plateau mais bientôt, à l'initiative et sous la direction de Périclès, assisté du sculpteur Phidias, la reconstruction des temples commença. Dès lors, l'Acropole devient un centre purement religieux et perd définitivement sa fonction militaire et politique.

 

Les bâtiments les plus importants que l'on peut encore voir sur l'Acropole athénienne sont le Parthénon, les Propylées, le temple de Niké et l'Erechtheion.

Le Parthénon

Le Parthénon était le temple d'Athéna Parthenos (la Vierge), la déesse protectrice de la ville d'Athéna. Ce temple représente le point culminant de l'architecture athénienne de la période classique du Ve siècle avant J.-C. et était également un symbole de l'hégémonie d'Athènes après qu'elle se soit remise de ses pertes pendant les guerres perses.

Le Parthénon a été construit à l'endroit où se trouvait le temple d'Athéna dans l'Antiquité.  Ce dernier était à l'origine le temple principal de l'Acropole et était dédié à Athéna Polias. Après sa destruction par les Perses au Ve siècle avant J.-C., il n'a pas été reconstruit et sa fonction a été reprise par le Parthénon et l'Érechthéion. Seuls les vestiges de sa scène sont encore visibles aujourd'hui à côté de l'Erechtheion.

 

Après sa destruction par les Perses, Périclès a réussi à persuader l'Assemblée du peuple, en 454 avant J.-C., d'utiliser l'argent de la Ligue délienne pour la reconstruction monumentale de l'Acropole et du Parthénon en particulier. Le Parthénon a été définitivement consacré en 437 avant J.-C.

 

Plus tard, il a été profané lorsque Demetrius Poliorcetes s'y est installé avec ses prostituées. Au 6e siècle, le bâtiment est devenu une église et un clocher a été ajouté. Après la conquête d'Athènes par les Turcs en 1460, elle est devenue une mosquée et le clocher a été transformé en minaret.

 

Pendant le siège de l'Acropole par les Vénitiens, les Turcs y ont entreposé leurs munitions. Le 26 septembre 1687, les Vénitiens ont réussi à mettre une bombe à l'intérieur. L'explosion et l'incendie qui a suivi ont détruit une grande partie du bâtiment.

 

Pour achever la destruction, l'ambassadeur anglais auprès de l'Empire ottoman, Lord Elgin (Thomas Bruce), fait transférer en Grande-Bretagne, entre 1802 et 1804, un grand nombre de sculptures et de frontons du Parthénon, qu'il vendra ensuite au British Museum, faute d'argent. Malgré les tentatives répétées du gouvernement grec pour récupérer ces objets, ils se trouvent toujours au British Museum.

Les Propylées

Les Propylées, avec leur complexe de salles, constituaient l'entrée monumentale de l'Acropole. Elle doit également être considérée comme les portes d'un sanctuaire. Il avait donc une fonction séculaire aussi bien que religieuse et est probablement lié au culte des dieux qui protégeaient les portes et les entrées.

Le Temple de Niké

Ce temple, qui se trouve à droite de l'entrée principale de l'Acropole, est dédié à la déesse de la victoire Niké. Cette dernière a bientôt dû partager sa tâche avec la déesse Athéna, d'où le nom d'Athéna Niké. La déesse Athéna était très polyvalente. Elle était non seulement la déesse de la sagesse, mais aussi de la guerre et de la victoire. Elle était également la protectrice de l'artisanat.

Le temple de Niké surplombe la mer Égée.

L'Erechtheion

L'Erechtheion a été nommé d'après le roi légendaire Erechtheus. Il s'agit de l'un des sanctuaires les plus importants de l'Acropole athénienne, plus important encore que le Parthénon sur le plan religieux. Elle servait à réunir dans ses murs un certain nombre de sites cultuels situés sur le côté nord de l'Acropole. Cela explique dans une certaine mesure sa forme erratique et non classique. En raison du terrain très accidenté du temple, le côté ouest du bâtiment est plus de trois mètres plus bas que le côté est. À l'époque turque, il était utilisé comme harem et comme poudrière. En 1645, le bâtiment a été gravement endommagé par la foudre. Les vestiges encore impressionnants ont été soigneusement restaurés au cours des dernières décennies.